• Hélène Pollet

The witcher

Mis à jour : mai 30


« Geralt de Riv est un sorceleur, un mutant chasseur de monstres, qui se bat avec sa grosse épée et ses grognements pour trouver sa place dans un monde où les humains et les elfes se déchirent comme des bêtes. »



J’ai lu la série de livres il y a quelques années, et avec mon manque caractéristique de mémoire, je ne me rappelle absolument de rien si ce n’est cette impression diffuse : c’était bien. Voila merci, aurevoir.

Plus sérieusement, j’avais beaucoup aimé l’univers et les personnages de Geralt et Yennefer. J’étais donc très impatiente de voir ce qu’allait donner la série, surtout qu’Henry Cavill est pas trop moche à regarder (bien que je maintienne qu’il n’y a pas assez de scènes de popotins dans cette histoire). Et franchement c’est très réussi et en même temps très raté. C’est très étrange comme impression, tellement la série oscille entre le vraiment cool à douloureusement kitch, nous balançant impitoyablement entre les deux quitte à nous filer une bonne gerbe.


Pour commencer cette critique, je dirais que la série est desservie par les attentes que les gens avaient d’elle. Déjà, c’est une adaptation du livre et non du jeu vidéo, et je pense que beaucoup de gens se sont laissés berner par leur propre attente de voir Geralt et Yennefer/Ciri du jeu vidéo, tout en poils pour l’un et en courbe pour les secondes.

Ensuite, la complexité des bouquins a rendu l’adaptation assez ardue : en terme de timeline et probablement en terme de sous. Les premiers tomes sont centrés sur les aventures solos de notre sorceleur adoré, peu nous est réellement dit à propos du passé de Yennefer et l’histoire de Ciri ne commence qu’au tome 2 ou 3. Du coup, que faire ? Commencer avec l’histoire de Ciri et présenter au fur et à mesure les enjeux et les personnages ? Ça aurait pu être une bonne solution pour ne pas perdre les gens avec une timeline floue, mais on aurait perdu en subtilité et en compréhension des personnages. Le choix qui est fait finalement est très audacieux à mon sens : ils ont respecté à la ligne le roman dès qu’ils le pouvaient mais réadapté l’ordre des scènes pour suivre trois histoires en même temps. D’ailleurs, le premier épisode avec Renfri est vraiment très chouette et nous confronte dès le départ avec l’hypocrisie des mages et l’indifférence affichée de Geralt qui cache une compréhension profonde et cynique de l’humanité. Dès le départ on s’interroge: qui est le plus « humain » entre le mutant sorceleur, rejeté pour ses différences, ou des humains, sanguinaires, égoïstes et injustes. Je pense que passer cette nouvelle aurait été dommageable pour comprendre les subtilités de la suite de la série, la construction du personnage de Geralt, le poids du destin, les prophéties toussa toussa. Donc pourquoi pas, mais je maintiens que pour le commun des mortels, mettre des légendes genre « telle année-tel endroit » ça n’aurait pas desservi l’affaire, surtout dans une jolie police. A part ça, sérieux c’est pas mal écrit. Même plutôt bien non ? Franchement Cavill fait du bon taff, il a bossé son personnage et je trouve réussi à l’interpréter avec brio. Je n’étais pas convaincue quand ils l’ont annoncé au casting, mais mea culpa je me suis trompée, c’est un super Geralt et apparemment un passionné de cet univers, ce qui est vraiment cool. Bon là où j’ai un peu râlé c’est avec Yennefer. J’ai passé pas mal de temps à bitcher sur son interprète, Anya Chalotra, qui me fait penser à une version Lidl de Penelope Cruz. Je ne lui trouve pas ce charme indéfinissable, cette sensualité incroyable que Yennefer est supposé dégager. Mais il faut que je revienne à de meilleurs sentiments parce qu’elle est jeune, que c’est la première saison et qu’elle est desservie par l’évolution de son personnage. Je râlais beaucoup sur Emilia Clarke dans les premières saisons de GoT aussi et finalement c’est elle et Sophie Turner qui ont porté les deux dernières saisons seules et abandonnées de tous (mais surtout des scénaristes). Bref, il faut peut-être laisser le temps à Anya de faire ses preuves. Cependant, j’ai peur pour la suite car la construction de personnage ne me plait pas et ne me semble pas viable sur le long terme. Je pense qu’ajouter l’histoire de Yennefer dans la série fait sens, même si c’est une entorse au bouquin. Nous devons la comprendre, nous attacher à elle afin de suivre Geralt et saisir la puissance de leur relation, la rapidité de leur attraction, le sexe dans les décombrements et ce genre de moments, qui sans ce développement, seraient juste un peu bizarre. Yennefer n’est pas quelqu’un qui subit, et c’est pourtant ce qu’elle dit vivre. L’exemple le plus frappant est son envie d’enfanter, ou du moins d’avoir le choix et son regret que ça lui ait été imposé. Mais, minute papillon, elle a décidé de précipiter sa transformation, elle n’y a pas été obligée non ? Elle l’a décidé, et c’est difficile ensuite de la plaindre. Dans le livre, je pense que le simple fait d’être mage te rend stérile, il ne s’agit pas d’un choix dans ce cas, et du coup sa quête a plus de sens qu’ici. Je ne sais pas, ça m’a troublé, elle prenait sans cesse des décisions de merde et ensuite rejette la faute sur les autres comme si elle se laissait porter par les évènements comme une grosse victime. Ça ne m’a pas trop plu et du coup, la rencontre entre Yennefer et Geralt n’avait pas l’impact estompé suite à tous ses palabres.


La deuxième chose pour compliquer cette adaptation est le manque de budget. Le fantastique dans cet univers est partout, contrairement à Games of Thrones auquel on la compare sans cesse à tort. Et c’est vraiment là que la série se perd. J’ai l’impression que la direction artistique de la série a complètement déraillée et n’a jamais réussi à prendre une décision. On dirait moi qui choisit un dessert et décide de prendre de tout parce que le chocolat c’est bon sous toute ses formes (spoil : indigestion). On mélange scènes gothico-horrifique avec des décors à la Miyazaki très lumineux et colorés. Ok c’est joli, mais ça explique aussi la difficulté à donner un ensemble cohérent. Dès qu’on est dans une ambiance sombre, les FX sont meilleurs (plus facile à incruster blabla) et les costumes sont sublimés (on ne voit pas les détails pourraves). Mais sinon, hop un peu de lumière crue et on VOIT que les pantalons des armures c’est des vieux futals à carreaux et est-ce qu’on va parler à un moment de l’armure Nillgaardienne sérieusement ? C’est quoi ce truc en papier mâché « je me prends pour Picasso, j’mets des plis partout » ? Ce mélange entre le gothique gore, le réalisme cru et props récupérés sur le tournage de Xéna la guerrière rend quand même un peu bizarre. Et c’est là tout le problème, on est bien dans notre épisode, et puis POUF un truc nous en fait sortir (genre les elfes, vous avez vu les elfes ? Ça me dépasse, on dirait moi qui me déguise pour Troll & Légendes avec les moyens du bord et ma tête de débile mentale. Bon dieu où est le charisme et la prestance ? Après, je n’ai rien contre le fait que les elfes soient assez communs, mais un peu de contexte parce que là moi je suis encore sur les elfes de Tolkien et Legolas qui regarde au loin déblatérant des trucs sibyllins et un peu méta. En plus les elfes sont réduits à une anecdote dans la série, mais dans les livres la guerre avec les elfes étaient centrale non ?). L’école de magie est aussi magnifique, mélange entre Poudlard et cellule de prison avec des anguilles, mais parfois je me demandais si je regardais toujours bien la même série. C’est aussi pour cette raison que j’ai très peu parlé de Ciri, j’ai l’impression c’était une autre mini-série tellement rien ne l’ancrait dans l’univers dépeint dans les autres parties. Cette incapacité à choisir où mettre ses sous et quelles influences utiliser se résume bien dans l’inspiration des costumes. Aucun costume ne fait sens avec le reste de la série car ils piochent les inspirations dans toutes les époques. Les vêtements de Jaskier sont clairement inspirés des peintures de la renaissance (et je trouve que ce sont les costumes les plus réussis), les robes de Yennefer de ce qu’on pourrait porter aujourd’hui, celles de Tisseia de 1890 je dirais, etc. On pourrait justifier qu’il s’agit d’époques et de lieux différents dans la série, mais c’est assez clair pour moi que ça n’a pas été réfléchis de cette manière. Par exemple, les robes de Calanthe soient moins riches, moins somptueuses que les vêtements de Jaskier, ce qui ne l’impose pas du premier regard comme la reine. Les influences différentes sont mélangées partout et non cantonnées à un endroit. Bref il n’y a pas de cohérences dans les costumes choisis, pour définir le rôle, le caractère et les moyens des personnages qui les portent. Et c'est typique de tous les aspects de la série et ce qui explique le côté hétérogène, parfois légèrement vomitif, de la série.



J’ai l’impression de ne dire que du négatif alors que j’ai bien aimé globalement et que j’ai passé un super moment. Surtout avec Jaskier. Et sinon, gros plus pour les batailles qui sont aux poils. Le plus bel exemple est l’affrontement entre Geralt et les 7 nains (les potes de Renfri). J’avais l’impression que Geralt utilisait son épée comme une dague, c’est souple, fluide et très bien filmé. Très impressionnant. Ca vaut vraiment le coup de regarder The Witcher et s'accrocher car malgré ses défauts, c'est bien rythmé, bien joué avec des personnages sympathiques et charismatiques. J'espère qu'ils vont améliorer la direction artistique de l'ensemble dans les saisons prochaines.

© 2013-2020 by LN-au-carre. All rights reserved

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram